English Section sécurisée
Accueil
Recherche
Plan du site

Épidémies en cours

> Accueil > Épidémies en cours

La SOPFIM est mandatée par le gouvernement provincial, afin de contribuer par des programmes de pulvérisations aériennes d’insecticide biologique, à la réduction des impacts attribuables aux épidémies d’insectes. Les interventions de la SOPFIM visent jusqu’à maintenant les insectes défoliateurs, historiquement caractérisés par des infestations cycliques de grande envergure, tels que la tordeuse des bourgeons de l’épinette, le diprion de Swaine, la tordeuse du pin gris et l’arpenteuse de la pruche.

Bien que la tordeuse du pin gris se soit montrée très discrète depuis 1983, elle demeure une menace potentielle en raison d’importantes superficies reboisées en pin gris et des épidémies récurrentes en Ontario. Contrairement aux autres insectes cités précédemment, l’absence d’insecticide biologique pour contrôler les dommages du diprion de Swaine, le cas échéant, limite actuellement l’utilisation des pulvérisations aériennes comme moyen d’intervention au Québec. Malgré ses attaques spectaculaires dans plusieurs régions du Québec, la livrée des forêts n’est pas perçue comme un insecte dont les impacts sont significatifs. Pour en apprendre davantage sur ces insectes, nous vous invitons à consulter la section Ravageurs forestiers.

Sélectionnez une région pour visualiser les secteurs défoliés par les insectes forestiers d’importance socio-économique qui ont atteint un stade épidémique au Québec.

(01) Bas-Saint-Laurent (02) Saguenay–Lac-Saint-Jean (03) Capitale-Nationale (04) Mauricie (05) Estrie (06) Montréal (07) Outaouais (08) Abitibi-Témiscamingue (09) Côte-Nord (10) Nord-du-Québec (11) Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine (12) Chaudière-Appalaches (13) Laval (14) Lanaudière (15) Laurentides (16) Montérégie (17) Centre-du-Québec Tout le Québec

Décision d’intervenir en période épidémique

Les programmes de pulvérisations aériennes d’insecticide sont planifiés et réalisés par la SOPFIM, à la demande du ministère des forêts, de la faune et des parcs (MFFP). Bien que les superficies défoliées puissent être importantes, la décision d’intervenir repose sur les impacts socio-économiques appréhendés, l’ensemble des moyens disponibles pour réduire les impacts sur les utilisateurs du milieu forestier, en accord avec les priorités budgétaires provinciales. Dans le cadre de sa stratégie globale, le gouvernement du Québec décide du moment, de l’endroit et de la nature de l’intervention à privilégier.

Où, quand et pourquoi intervenir ?

Les programmes de pulvérisations aériennes d’insecticide visent à protéger les forêts les plus vulnérables aux attaques d’un insecte. Par conséquent, la SOPFIM n’est autorisée à traiter que des secteurs très ciblés répondant à des critères forestiers, opérationnels et entomologiques prédéterminés, lesquels sont assujettis à des règles de priorité édictées par le ministère des forêts, de la faune et des parcs (MFFP). L’objectif ultime des pulvérisations d’insecticide biologique est de maintenir la forêt vivante, jusqu’à ce que l’épidémie se résorbe sous l’effet des agents naturels de contrôle.

Produits biologiques SVP

Le Québec représente la première province convertie uniquement aux insecticides biologiques pour contrôler les dommages des insectes ravageurs forestiers. Depuis 1986, aucun insecticide chimique n’est autorisé contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette, principal problème entomologique des forêts québécoises. De plus, la Stratégie de protection des forêts mise en place par le gouvernement provincial a permis d’éliminer l’utilisation des pesticides chimiques en forêt depuis 2001.