Nouvelles

Toujours plus d’hectares pour la SOPFIM

17 mai, 2021

La Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM) interviendra cet été sur un peu plus de 745 600 hectares (ha) de forêt infestée de tordeuses des bourgeons de l’épinette (TBE). C’est-à-dire qu’un programme de protection des forêts contre la TBE a été établi pour la Côte-Nord (88 000 ha), le Saguenay–Lac-Saint-Jean (156 600 ha), la Capitale-Nationale (650 ha), le Bas-Saint-Laurent (241 600 ha) et la Gaspésie (258 600 ha).

En effet, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec a demandé à la SOPFIM de préparer un plan d’intervention pour les secteurs admissibles les plus infestés. La SOPFIM protégera donc, en plus des forêts publiques, certaines forêts privées ciblées dans les cinq régions administratives. Les pulvérisations aériennes couvriront une superficie d’environ 22 540 ha de forêts privées, aménagées, susceptibles à la TBE, n’ayant pas atteint la maturité et détenues par des producteurs forestiers.

Afin de réaliser son mandat, la SOPFIM établira un total de onze bases d’opération sur le territoire visé, soit à Forestville, Baie-Comeau, Dolbeau, Saint-Honoré, Mont-Joli, Matane, Bonaventure, Gaspé, Pabos, Sainte-Anne-des-Monts et Charlo (N.-B.).

Les pulvérisations aériennes débuteront vers le 21 mai et se poursuivront tout au long du mois de juin. Seul l’insecticide biologique Bacillus thuringiensis, variété kurstaki, communément appelé Btk, sera utilisé au cours de ce programme. De nombreuses études scientifiques ont démontrées que le Btk est sécuritaire pour la santé humaine, les animaux, la végétation et l’environnement. De plus, il est homologué par Santé Canada.

La SOPFIM réalise des pulvérisations aériennes contre la TBE depuis 2009 et, pour la première fois de cette présente épidémie, elle traitera lors de ce programme des aires admissibles de la région de la Capitale-Nationale.

Rappelons que la TBE est l’insecte ravageur le plus destructeur des forêts de conifères du Québec. Ce ravageur forestier s’attaque aux nouvelles pousses des sapins et des épinettes, leur donnant une apparence rougeâtre au courant de l’été. L’objectif du programme de protection n’est pas d’éliminer cet insecte, mais plutôt de réduire les populations, de manière à protéger au moins 50 % du feuillage annuel. Si les arbres ne sont pas protégés lorsqu’il y a une épidémie, ils risquent fortement de mourir après quatre ou cinq années de dommages sévères..

La SOPFIM est un organisme privé à but non lucratif, administré conjointement par le gouvernement et l’industrie forestière du Québec. Seul organisme reconnu dans la lutte biologique contre les ravageurs forestiers au Québec, la SOPFIM a pour mission d’offrir des services spécialisés de lutte contre les insectes qui menacent les forêts, l’agriculture et la santé humaine.

Facebook
Instagram