La tordeuse des bourgeons de l’épinette

La tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE) est l’insecte le plus destructeur des peuplements de conifères de l’Amérique du Nord. Au Québec, la TBE consomme principalement le feuillage annuel du sapin baumier, de l’épinette blanche ainsi que, à un degré moindre, de l’épinette rouge et de l’épinette noire.

L’insecte joue un rôle écologique important, notamment le rajeunissement de certaines vieilles forêts et la création de nombreux habitats dont bénéficient plusieurs espèces. Les chenilles se nourrissent des aiguilles de sapins baumiers et d’épinettes de tout âge, qu’ils soient situés dans des forêts feuillues, mélangées ou résineuses. Le sapin résiste moins bien que l’épinette aux attaques de la TBE. On dit qu’il est plus vulnérable. Cette vulnérabilité augmente avec l’âge et la densité des peuplements dans lesquels on le trouve.

Lorsque l’épidémie se poursuit pendant plusieurs années, le feuillage devient parfois insuffisant pour assurer la survie de l’arbre et la mortalité des arbres débute et progresse selon leur vulnérabilité. Lors d’une première année de défoliation importante, les arbres prennent, dès la fin du mois de juin, une teinte rougeâtre, due à la présence d’aiguilles mortes aux extrémités des branches. Au fil des ans, les arbres défoliés prennent une teinte grisâtre qui reflète la disparition progressive du feuillage.

Au moins quatre années rapprochées de défoliation grave des pousses sont nécessaires avant que les premiers arbres meurent. Les épidémies de TBE sont cycliques, c’est-à-dire qu’elles reviennent environ tous les 30 à 35 ans. Chaque épidémie peut durer de 15 à 20 ans dans un même secteur.