Forêt publique

L’objectif ultime des pulvérisations d’insecticide biologique est de maintenir la forêt vivante jusqu’à ce que l’épidémie se résorbe sous l’effet des agents naturels de contrôle. Consultez notre plan d’intervention

1

En période épidémique, la planification annuelle d’un programme de protection débute par un inventaire automnal des insectes en dormance. La SOPFIM n’est autorisée à traiter que des secteurs très ciblés répondant à des critères forestiers, opérationnels et entomologiques prédéterminés.

2

En tenant compte de l’historique récent de la défoliation, cette évaluation des niveaux d’infestation anticipés constitue l’information de base pour la prescription des traitements dans les aires admissibles à la protection directe.

3

Par la suite, les aires boisées à protéger sont découpées en blocs opérationnels, lesquels se distinguent par le nombre d’applications d’insecticide prescrit. Ainsi, un bloc pourrait avoir plus d’une application d’insecticide biologique selon le nombre de tordeuses des bourgeons de l’épinette qui s’y retrouvent.

Défoliation

Chaque année, depuis 1967, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) procède par voie aérienne à un relevé des dommages causés par les principaux insectes et maladies qui s’attaquent aux arbres. La présente fiche porte exclusivement sur les données concernant les dommages causés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette (TBE).

Consultez le site de Données Québec pour connaître la défoliation observée

 

Pour connaitre l’emplacement des pulvérisations aériennes, consultez la carte des opérations 2019 en cliquant sur le signe ci-dessous

Facebook
Instagram